11 janvier 2019

Trudeau doit rencontrer GM et mettre en place une stratégie pour l’automobile, selon le NPD

WINDSOR – Dans un rassemblement à Windsor, à proximité de la rivière Détroit et du quartier général de General Motors World, le porte-parole du NPD en matière n’innovation, de science et de développement économique, Brian Masse, a demandé au premier ministre de se tenir debout pour les travailleurs et travailleuses mis à pied par GM à Oshawa. Justin Trudeau doit immédiatement rencontrer le PDG de GM, Mary Barra, et mettre en place la stratégie pancanadienne de l’automobile présentée au gouvernement l’an dernier par le président du Conseil de Partenariat pour le secteur canadien de l'automobile, nommé par ce gouvernement.

« Il y a près de quatre ans, M. Trudeau a annoncé qu’il abandonnait notre industrie manufacturière lorsqu’il a affirmé que son gouvernement allait “favoriser la transition et s’éloigner du secteur manufacturier”, a déclaré M. Masse. GM a pris son conseil à cœur et a fermé l’usine d’assemblage d’Oshawa, faisant ainsi perdre leur gagne-pain à des milliers de travailleurs et travailleuses. »

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a aboli le Fonds d’investissement pour le secteur automobile et n’a rien fait pour mettre en place les recommandations visant à protéger les emplois canadiens, contenues dans le rapport du « tsar » de l’automobile, Ray Tanguay. Depuis que ce rapport a été, ironiquement, remis à Détroit au ministre de l’innovation lors du Salon de l’auto, il ramasse la poussière pendant que les Canadiens et Canadiennes continuent de perdre leurs emplois.

GM affirme avoir besoin de fermer cette usine afin de générer des ressources additionnelles lui permettant d’investir en innovation, mais durant les trois premiers trimestres de l’année 2018, la compagnie a généré 6 milliards $ de profits et a reçu des investissements de plusieurs milliards pour sa division de véhicules autonomes. Pourtant, malgré ces profits, la compagnie envoie des milliers de personnes au chômage.

« GM investit pour l’avenir, mais pas ici, au Canada. Le premier ministre et le ministre de l’Innovation aiment bien parler d’innovation et d’économie du savoir, mais ils n’ont rien fait pour mettre en place la stratégie pancanadienne de l’automobile qui aurait protégé les emplois actuels et aurait fait en sorte que les travailleurs et travailleuses aient accès à de nouveaux emplois. Ce sont les conséquences d’avoir abandonné l’industrie manufacturière, a ajouté Masse. Le premier ministre Trudeau a fait campagne en promettant de s’éloigner du secteur manufacturier, et maintenant son souhait a été exaucé, ce qui laisse le personnel de GM sans emploi et sans d'autres options que le chômage. »