La réconciliation en action

La relation du Canada avec les peuples autochtones a été profondément problématique et doit absolument changer. Les gouvernements fédéraux successifs ont nié les droits humains fondamentaux de ces peuples, ont retiré des enfants à leurs parents, ont forcé des collectivités à quitter leurs terres et territoires et ont revendiqué des terres, sans consentement ni indemnisation.

Nous croyons qu’il est inacceptable de traiter les peuples autochtones de cette façon.

Entreprenons l’important travail de réconciliation de bonne foi et dans le cadre d’un partenariat véritable et égal avec les communautés autochtones de partout au pays. Faisons des choix différents qui respectent leur souveraineté et leur autonomie et appuyons des programmes et des services qui favorisent leur qualité de vie et leur dignité.

Des résultats pour vous

Défendre les droits des peuples autochtones et promouvoir l'autodétermination
En partenariat avec les peuples autochtones, appliquons intégralement la DNUDPA, co-développons un plan d’action pancanadien pour la réconciliation et faisons notre part pour respecter et faire progresser les droits autochtones.
Investir pour les enfants et mettre fin à la discrimination dans le financement
Les enfants ont le droit de débuter leur vie de la meilleure façon possible. Appliquons les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, le principe de Jordan et la DNUDPA, afin de mettre fin à la discrimination envers les enfants autochtones.
Un logement sûr et de qualité pour tout le monde
Personne ne doit vivre dans une maison qui la rend malade. Attaquons-nous à la crise des moisissures et assurerons-nous que les Premières Nations, les Inuits et les Métis aient accès à des logements sécuritaires et abordables.
Combler l'écart en matière d'éducation
Tous les enfants ont le droit d’apprendre dans un environnement sécuritaire et d’avoir la chance de s’épanouir. Réalisons le rêve de Shannen : un accès équitable à l’éducation, en augmentant le financement pour la scolarisation autochtone et en comblant l’écart dans l’accès à la formation postsecondaire.
Favoriser des collectivités prospères et résilientes avec de l’eau propre et de bons services publics
Pour prospérer, les collectivités ont besoin de services publics sur lesquels les familles peuvent compter. Faisons lever les avis d’ébullition d’eau, finançons les services d’incendie et de transport et travaillons avec les collectivités pour combattre les changements climatiques.
Pour des communautés en santé
Les soins de santé sont un besoin essentiel pour toutes les familles. Comblons l’écart en matière de santé chez les personnes autochtones et veillons à ce qu’elles aient accès aux traitements dont elles ont besoin dans leur collectivité.
Soutenir l'emploi et le développement économique autochtones
Travaillons avec les collectivités autochtones à l’élaboration d’une nouvelle relation fiscale, encourageons le développement économique, créons des emplois de qualité et soutenons l’entrepreneuriat autochtone et les entreprises sociales.
Rendre hommage aux femmes, aux filles et aux personnes bispirituelles autochtones
La discrimination systématique et la violence envers les femmes, les filles et les personnes bispirituelles autochtones doit cesser. Mettons en place les recommandations de l’enquête nationale et assurerons-nous de l’égalité des droits en matière de statut et d’autodétermination pour les collectivités.
La réconciliation et la justice
Les personnes autochtones sont surreprésentées dans le système judiciaire et carcéral. Mettons fin à la discrimination systémique, soutenons la justice réparatrice, la réhabilitation et les services de police autochtones et enfin, veillons à ce que les survivant.es des pensionnats autochtones obtiennent justice.
Protéger l'environnement ensemble
Respectons la souveraineté et le savoir des peuples autochtones : c’est essentiel au succès de la lutte aux changements climatiques. Ces peuples sont des partenaires véritables et égaux, qui plus est en matière de prise de décision dans la lutte au réchauffement climatique.

Défendre les droits des peuples autochtones et promouvoir l'autodétermination

Les néo-démocrates croient que le gouvernement fédéral ne devrait pas être en mesure de choisir les droits autochtones qu’il défendra et ceux qu’il ignorera. Un nouveau cadre pour la réconciliation doit être fondé sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qui fixe des normes minimales pour la survie, la dignité et le bien-être des peuples autochtones.

En partenariat avec les communautés autochtones, un gouvernement néo-démocrate mettra pleinement en oeuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.

Les néo-démocrates vont collaborer avec les peuples autochtones à l’élaboration conjointe d’un plan d’action pancanadien pour la réconciliation, en s’inspirant directement des appels à l’action de la Commission et de la Déclaration de l’ONU, pour veiller à ce que les lois, politiques et pratiques du Canada soient conformes aux engagements du pays en matière de droits de la personne, notamment les droits culturels, les droits territoriaux, et les droits relatifs à l’autodétermination et l’autonomie gouvernementale.

Par voie législative, nous allons créer un Conseil national pour la réconciliation chargé d’assurer la surveillance et la reddition de comptes à l’égard de ce processus, et de faire rapport régulièrement au Parlement et à la population canadienne.

Un gouvernement néo-démocrate remplacera la simple consultation par une norme de consentement préalable, libre et éclairé pour les communautés autochtones touchées par des politiques gouvernementales – y compris pour toutes les décisions touchant les droits territoriaux protégés par la Constitution, dont les examens de projets énergétiques. Nous nous engageons à entretenir des relations et à négocier de bonne foi en respectant le principe du consentement, conformément à la décision Tsilhqot’in, une approche qui respecte les obligations juridiques et constitutionnelles du Canada.

Nous allons reconnaître et respecter les traités, en appuyant les nations autochtones qui bâtissent et reconstruisent leurs structures de gouvernance.

Nous allons aussi respecter l’autodétermination des Inuits en élaborant conjointement le Cadre de politiques pour l’Arctique du gouvernement fédéral au moyen d’une gouvernance partagée au sein du Comité de partenariat entre les Inuits et la Couronne, notamment par l’adoption d’une politique pour l’Inuit Nunangat, en partenariat avec l’Inuit Tapiriit Kanatami. Nous appuierons l’autonomie économique et sociale des Inuits en nous attaquant à l’énorme déficit d’infrastructures des collectivités du Nord.

Les néo-démocrates reconnaissent l’autodétermination des Métis et, au gouvernement, nous allons respecter la feuille de route établie par le Ralliement national des Métis et ses membres dirigeants. Nous allons poursuivre les négociations de gouvernement à gouvernement, sur des enjeux comme l’autonomie gouvernementale, l’éducation, le logement et la santé.

Un gouvernement néo-démocrate travaillera en partenariat avec les communautés autochtones de tout le pays pour aider à protéger et à revitaliser l’incroyable diversité des langues autochtones au Canada grâce à une nouvelle loi et un financement stable. En réponse à l’appel à l’action 80 de la Commission de vérité et réconciliation, nous allons instaurer une Journée nationale de vérité et réconciliation pour reconnaître le douloureux héritage de la colonisation, honorer les Survivant.es des pensionnats autochtones et aider les collectivités partout au Canada à s’engager concrètement sur la voie de la réconciliation.

Investir pour les enfants et mettre fin à la discrimination dans le financement

Les enfants méritent le meilleur départ possible dans la vie. Chaque enfant au Canada devrait avoir les soins et les outils dont il a besoin pour réussir et s’épanouir – sans exception.

Or, depuis des générations, la façon dont le gouvernement canadien traite les enfants inuits, métis et des Premières Nations est une honte nationale et une tragédie indescriptible. Bien que les pensionnats autochtones ne soient plus en activité, les traumatismes intergénérationnels qu’ils ont causés se font encore sentir tous les jours. Et malgré les excuses des dirigeants politiques, la réalité demeure que la discrimination systémique à l’égard des enfants autochtones se poursuit aujourd’hui.

Les enfants et les jeunes autochtones ont droit à leur culture, à leur langue, et à grandir dans leur propre communauté – des besoins essentiels au bien-être général. En mettant en oeuvre la Déclaration des Nations Unies et les 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, et tout en respectant le principe d’autodétermination, les néo-démocrates veilleront à ce que tous les enfants, les jeunes et les familles inuits, métis et des Premières Nations soient traités avec le respect et les soins qu’ils méritent.

Les néo-démocrates prendront des mesures immédiates pour respecter, appuyer et financer la compétence autochtone sur les systèmes de protection de l’enfance, et ils appuieront cet engagement par un financement prévisible et à long terme garanti par la loi, afin que les peuples autochtones puissent exercer leur compétence et leur autorité sur les questions touchant leurs propres enfants et familles.

Nous nous engageons également à mettre fin à la discrimination à l’égard des enfants, des jeunes et des familles autochtones, en appliquant intégralement les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne qui sommait le gouvernement canadien de cesser de sous-financer de façon chronique les services de protection de l’enfance dans les réserves, et en travaillant avec la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations pour mettre en oeuvre le programme Spirit Bear.

De plus un gouvernement néo-démocrate mettra pleinement en oeuvre le principe de Jordan, en travaillant en collaboration avec les provinces et les territoires pour mettre fin aux retards et assurer un accès équitable aux services de santé et aux soutiens pédagogiques pour les enfants autochtones d’un océan à l’autre.

Un logement sûr et de qualité pour tout le monde

Les néo-démocrates croient que tout le monde au Canada doit être en mesure de trouver un endroit sûr et abordable où habiter, et que personne dans ce pays ne devrait être forcé de vivre dans un logement qui le rend malade.

Mais, aujourd’hui, des décennies d’échecs du gouvernement fédéral ont entraîné une crise du logement aux conséquences dévastatrices pour de nombreuses familles inuites, métisses et des Premières Nations. Le gouvernement libéral n’a pas fourni l’aide dont les gens avaient besoin, laissant ainsi les communautés avec de longues listes d’attente pour du logement et des maisons surpeuplées et délabrées. La crise des moisissures continue d’affecter la santé des personnes autochtones, et le surpeuplement chronique est une réalité dans de trop nombreuses communautés autochtones au pays. Les conservateurs, quant à eux, ont un bilan encore pire durant la période où ils ont été au pouvoir : ils avaient annoncé la création d’un fonds pour 25 000 maisons, mais six ans plus tard, moins de 100 maisons avaient été construites.

Il est temps de mettre fin à la crise du logement pour de bon, avec des logements sûrs et abordables dans toutes les communautés autochtones, dans les réserves et hors réserve.

Les néo-démocrates vont s’attaquer à la crise du logement chez les Autochtones et vont mettre fin au surpeuplement chronique et aux longues listes d’attente, en travaillant en collaboration avec les communautés autochtones pour mettre en oeuvre des stratégies de logement élaborées conjointement avec les Premières Nations, les Métis et les Inuits. Ces stratégies innovatrices et développées en collaboration par les personnes concernées bénéficieront d’un financement durable et dédié pour répondre aux besoins des peuples autochtones, que ce soit dans les communautés urbaines, rurales ou éloignées.

Nous croyons que le gouvernement fédéral doit s’attaquer immédiatement à la crise des moisissures qui touche des dizaines de milliers de maisons, et qu’il doit fournir du soutien aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis pour garantir que leurs maisons soient saines et sécuritaires. Nous veillerons également à ce que les communautés autochtones aient les ressources nécessaires pour rendre leurs maisons plus vertes et plus écoénergétiques, en nous efforçant de faire en sorte que les retombées bénéficient à ces communautés, comme les emplois de qualité, la formation des travailleuses et travailleurs et les investissements.

Combler l'écart en matière d'éducation

Sous des gouvernements libéraux et conservateurs, trop de jeunes des communautés autochtones n’ont pas eu accès à une éducation de qualité. Ces gouvernements successifs n’ont pas fourni suffisamment de financement de base pour l’éducation dans les réserves, n’ont pas appuyé adéquatement les étudiant.es autochtones de niveau postsecondaire, et n’ont pas présenté de plan pour permettre à toutes les écoles des réserves d’atteindre les normes provinciales, et ce, en dépit de l’engagement du Parlement à cet égard lorsqu’il a adopté la motion sur le rêve de Shannen, en 2012.

Au gouvernement, les néo-démocrates veilleront à ce que chaque enfant apprenne dans un environnement sécuritaire et ait la possibilité de réussir, que ce soit en réserve ou hors réserve. Nous réaliserons le rêve de Shannen d’un accès équitable à l’éducation, appuyé par des investissements et des infrastructures du fédéral, afin qu’aucun élève ne soit forcé d’apprendre dans un milieu dangereux, comme nous l’avons vu dans la Première Nation Kashechewan.

Reconnaissant que les obstacles à l’éducation et à la formation postsecondaires persistent, nous appuierons les jeunes Autochtones et les aiderons à combler le fossé qui les sépare de l’éducation postsecondaire en augmentant l’aide financière et les possibilités d’éducation pour les enfants qui ont grandi dans des familles d’accueil, et en offrant des cours à distance aux étudiant.es des régions rurales et éloignées.

Nous croyons que tout le monde au Canada devrait comprendre les séquelles des pensionnats autochtones et être conscient des contributions et de l’histoire des peuples autochtones. Nous travaillerons avec les provinces pour établir des programmes d’enseignement de l’histoire autochtone pour tout le monde, basés sur les appels à l’action 62 et 63 de la Commission de vérité et réconciliation, et nous veillerons à ce que l’élaboration et la mise en oeuvre de ces programmes soient menées par les peuples autochtones.

Favoriser des collectivités prospères et résilientes avec de l’eau propre et de bons services publics

Pour que les collectivités prospèrent, il faut des services publics solides sur lesquels les familles peuvent compter. Il faut aussi des infrastructures sûres et fiables et des possibilités pour que les jeunes puissent se bâtir une bonne vie.

Or, aujourd’hui, trop de communautés autochtones à travers le pays attendent toujours pour avoir de l’eau potable saine, de l’aide pour des initiatives environnementales, des services d’urgence de base ou des transports collectifs sécuritaires – une attente qui entraîne parfois des conséquences tragiques.

Les néo-démocrates croient qu’il est grand temps que le gouvernement fédéral prenne ses responsabilités et finance les services et les infrastructures dont les communautés autochtones ont besoin pour prospérer. Il s’agit d’une part importante de la responsabilité que le Canada a envers les peuples autochtones, compte tenu des profondes répercussions intergénérationnelles du colonialisme.

Cela veut dire de faire les investissements nécessaires pour assurer la disponibilité d’eau propre et lever tous les avis d’ébullition de l’eau potable une fois pour toutes d’ici 2021, et soutenir des programmes de formation en gestion de l’eau et en opération de système des eaux dirigés par des Autochtones, ce qui constitue une priorité immédiate. Cela signifie également qu’il faut financer la gestion et la prévention des urgences dans les réserves, y compris la formation et l’équipement de lutte contre les incendies. Cela veut aussi dire des transports collectifs plus sécuritaires, en rétablissant et en augmentant les trajets d’autobus et de trains de passagers dans les régions rurales et éloignées.

Les communautés fortes sont des communautés durables, et de nombreuses communautés autochtones ont été à l’avant-garde de la transition vers les énergies renouvelables. Nous allons travailler avec elles pour protéger les infrastructures contre les changements climatiques et pour accroître l’utilisation des énergies renouvelables. Les néo-démocrates vont contribuer à multiplier les projets d’énergie renouvelable appartenant aux communautés et vont appuyer les efforts visant à faire passer les communautés éloignées, du diesel polluant et des émanations nocives, à des sources d’énergie fiables et propres.

Pour des communautés en santé

Les soins de santé sont un service essentiel dont chaque famille a besoin. Peu importe qui vous êtes et où vous vivez, vous devez savoir que vous pouvez compter sur une aide médicale de qualité lorsque vous et vos proches en avez besoin.

Mais en 2019, un nombre choquant de communautés inuites, métisses et des Premières Nations n’ont pas accès à des services de santé fiables. Les gens ne peuvent pas obtenir les soins en santé mentale dont ils ont besoin, quand ils en ont besoin. Les résident.es des communautés éloignées doivent vivre avec seulement quelques journées par mois de soins médicaux disponibles. Et les infrastructures délabrées et désuètes de nombreux postes de soins infirmiers fédéraux sont tout simplement inadéquates pour répondre aux importants besoins des communautés.

Après quatre ans au pouvoir, les libéraux n’ont toujours pas investi suffisamment pour régler les problèmes dans les soins de santé pour les Autochtones : les fonds manquent pour la prévention du suicide dans le Nord, pour les cliniques médicales, pour l’assurance-médicaments universelle et pour les méthodes traditionnelles de guérison. Par ailleurs, lorsqu’ils formaient le gouvernement, les conservateurs n’ont pas seulement négligé d’investir dans les soins de santé; ils ont aussi réduit le financement des projets de santé dirigés par des Autochtones.

Les néo-démocrates veilleront à ce que le gouvernement fédéral prenne des mesures pour combler l’écart en matière de santé dans les communautés autochtones et appuie l’autodétermination des Autochtones en matière de santé. Nous reconnaissons que la guérison du traumatisme continu causé par le colonialisme et les pensionnats autochtones nécessitera un partenariat à long terme et un financement fiable, prévisible et à long-terme.

Nous veillerons à ce que les gens puissent obtenir les traitements dont ils ont besoin dans leur communauté, en investissant dans les infrastructures de soins de santé et les équipements de diagnostic pour les Autochtones. Afin de pleinement mettre en oeuvre la motion néo-démocrate sur la prévention du suicide adoptée par la Chambre des communes, nous travaillerons en partenariat avec les communautés autochtones pour améliorer l’accès aux services en santé mentale et aux services de traitement de la toxicomanie, notamment avec un plan d’action fondé sur des données probantes pour prévenir le suicide et appuyé par des ressources fédérales dédiées.

Un gouvernement néo-démocrate travaillera également avec les communautés et les fournisseurs de soins pour s’assurer que des soins à domicile et des soins de longue durée adaptés à la culture autochtone et dirigés par des Autochtones sont offerts aux aînés, dans leur communauté et dans leur langue.

Nous appuierons la souveraineté alimentaire des Autochtones et réformerons le programme Nutrition Nord afin d’améliorer l’accès des familles à la nourriture, y compris les aliments traditionnels.

Enfin, nous construirons un centre de traitement pour les personnes touchées par l’exposition à long terme au mercure et nous indemniserons les familles touchées par le problème intergénérationnel de l’empoisonnement au mercure à Grassy Narrows.

Dans chaque communauté, les néo-démocrates sont déterminés à améliorer l’accès aux soins de santé. C’est dans notre ADN.

Soutenir l'emploi et le développement économique autochtones

Depuis des décennies, les peuples autochtones cherchent à établir avec la Couronne une nouvelle relation financière qui respecte l’existence de leurs titres et de leurs droits inhérents. Une nouvelle relation financière signifie un financement sûr pour appuyer les programmes et les services, et l’accès à des sources de revenus pour aider à combler l’écart socioéconomique et soutenir l’autonomie gouvernementale.

S’assurer que les communautés autochtones prospèrent signifie aussi travailler en partenariat avec elles pour accroître les débouchés économiques et créer des emplois de qualité dans les communautés autochtones partout au pays.

Un gouvernement néo-démocrate travaillera avec les communautés autochtones pour encourager le développement économique et créer des emplois de qualité en investissant dans les infrastructures et en élargissant l’accès à internet à large bande et aux services de téléphonie cellulaire pour les communautés rurales et éloignées. Nous nous engageons à travailler avec les entrepreneurs autochtones pour trouver des solutions leur permettant d’accéder à des capitaux et de prendre de l’expansion, en investissant dans des projets d’entreprises sociales autochtones et dans l’entrepreneuriat.

Les plus petites communautés autochtones laissées pour compte par le modèle de financement actuel ont besoin d’un soutien dédié au développement économique régional pour aider à accroître les débouchés économiques d’une manière qui reflète les valeurs sociales et culturelles de ces communautés.

Un gouvernement néo-démocrate créera également un Fonds pour l’infrastructure dans le Nord afin d’accélérer les investissements et de mettre l’accent sur l’amélioration des infrastructures vraiment essentielles pour les communautés du Nord, comme les routes et internet à large bande.

Rendre hommage aux femmes, aux filles et aux personnes bispirituelles autochtones

Le respect des femmes, des filles et des personnes bispirituelles autochtones doit être au coeur d’une nouvelle relation entre la Couronne et les Autochtones. Or, pour un trop grand nombre de femmes autochtones, la discrimination et la violence systémiques continuent d’être des réalités.

Après que les conservateurs eurent refusé, pendant près d’une décennie, de s’attaquer à la tragédie des femmes autochtones disparues et assassinées, le gouvernement libéral a finalement lancé une enquête attendue depuis longtemps, mais il l’a mise sur pied avec un mandat limité et n’a pas pris suffisamment soin des familles qui ont courageusement partagé leurs histoires. La conclusion de l’Enquête faisant état d’un génocide envers les femmes autochtones au Canada doit se traduire en actions de la part de tous les canadiens et toutes les canadiennes.

Le rapport de la Commission nationale d’enquête ne doit pas être tabletté. Les néo-démocrates travailleront en partenariat avec les femmes autochtones, les familles des personnes disparues et assassinées, et avec les communautés pour mettre en oeuvre les Appels à la justice de la Commission et les appels à l’action lancés par les communautés. Cela comprend l’établissement d’un plan exhaustif pour lutter contre la violence faite aux femmes,filles et personnes LGBTQI2S+ autochtones, afin que toutes celles qui fuient la violence aient accès à des programmes adaptés à leur culture, à des maisons d’hébergement et à des logements de transition.

Nous croyons qu’il est injuste que les femmes autochtones et leurs enfants n’aient toujours pas les mêmes droits en matière de statut – y compris le droit de transmettre la capacité de se qualifier pour l’inscription au Registre des Indiens. Les gouvernements conservateurs et libéraux successifs n’ont pas corrigé cette inégalité flagrante. Les néo-démocrates agiront en priorité pour assurer la pleine égalité des genres en ce qui concerne le statut des membres des Premières Nations, conformément aux décisions des tribunaux canadiens et internationaux.

Les néo-démocrates reconnaissent que le respect des femmes, des filles et des personnes bispirituelles autochtones doit devenir une réalité en assurant un accès équitable et l’autodétermination en matière de terres, de culture, de langue, de logement, de soins aux enfants, de sécurité du revenu, d’emploi, d’éducation, ainsi que de santé physique, mentale, sexuelle et spirituelle.

La réconciliation et la justice

Tout le monde devrait pouvoir compter sur le système de justice pour assurer sa sécurité et être traité équitablement. Or, les Autochtones sont aujourd’hui surreprésenté.es dans le système carcéral du Canada et font trop souvent face à la discrimination dans leurs rapports avec les services de police d’un océan à l’autre. Même la Cour suprême du Canada a reconnu que les Autochtones font face à une discrimination directe et systémique à tous les niveaux du système judiciaire.

Les néo-démocrates croient que le gouvernement doit travailler à mettre fin à la discrimination systémique contre les Autochtones dans le système judiciaire. Conformément aux appels à l’action 30, 31 et 32 de la Commission de vérité et réconciliation, nous accroîtrons le pouvoir discrétionnaire des juges lors de la détermination de la peine, veiller à ce que les programmes de mise en liberté sous caution soient culturellement adaptés, accroître le financement des programmes de justice communautaire axés sur la guérison et la justice réparatrice plutôt que sur l’emprisonnement, et pour garantir le respect des principes de l’arrêt Gladue au cours des procédures judiciaires.

Nous travaillerons avec les communautés autochtones pour améliorer la sécurité communautaire et fournirons les ressources nécessaires aux services de police autochtones, tout en prenant des mesures pour mettre fin aux pratiques policières discriminatoires, comme les contrôles d’identité aléatoires.

Un gouvernement néo-démocrate appuiera la Directive sur les litiges civils mettant en cause des Autochtones, qui met fin à des batailles juridiques coûteuses et conflictuelles avec les communautés autochtones. Nous garderons également les personnes survivantes des pensionnats autochtones au coeur des décisions relatives à la justice concernant leurs expériences, en veillant à ce que les survivant.es du pensionnat Sainte-Anne, les survivant.es métis.ses et les personnes qui ont survécu à des agressions dans les externats reçoivent une indemnité adéquate.

Protéger l'environnement ensemble

La crise climatique n’est pas seulement une urgence environnementale, elle menace également les sources alimentaires traditionnelles et la survie même de nombreuses communautés autochtones. Nous devons en finir avec les délais et l’inaction des gouvernements libéraux et conservateurs précédents et adopter une approche fondamentalement différente de notre avenir – une approche qui repose sur une définition holistique de la durabilité.

Les néo-démocrates placeront la réconciliation au coeur de cet effort, en défendant le savoir autochtone et en respectant leur souveraineté inhérente. Nous reconnaissons qu’en tant que peuples d’origine de ce pays, les peuples autochtones ont des liens étroits avec leurs terres, leurs territoires et leurs ressources, et qu’ils en assurent l’intendance depuis des temps immémoriaux. Les peuples autochtones sont les mieux placés pour protéger la diversité culturelle et biologique en contrôlant leur territoire – ainsi, la reconnaissance des droits inhérents, des titres et des droits issus de traités sera au coeur de notre approche de la lutte aux changements climatiques.

Pour que les efforts du Canada reposent sur un partenariat exhaustif et égalitaire, les néo-démocrates veilleront à ce que des leaders inuits, métis et des Premières nations aient un siège aux tables de décision de haut niveau afin d’aider à orienter les efforts en matière de changements climatiques au Canada.

Nous élargirons également le Programme des gardiens autochtones, investirons dans des projets scientifiques menés par des Autochtones, et appuierons la création d’aires protégées gérées par les Autochtones – et nous veillerons à ce que les efforts de rétablissement des espèces respectent les droits des Autochtones et souscrivent au savoir traditionnel pour accroître la biodiversité.

Les communautés autochtones ne sont pas seulement les intendants de leurs territoires, elles sont aussi en première ligne pour composer au quotidien avec les effets des changements climatiques. Le gouvernement néo-démocrate travaillera de concert avec les leaders et les communautés autochtones afin d’élaborer des plans d’action coordonnés pour réagir aux urgences liées aux changements climatiques, comme les feux de forêt et les inondations. Ce travail s’appuiera sur les connaissances traditionnelles et écologiques autochtones, ainsi que sur les systèmes juridiques autochtones. Il comprendra l’amélioration des infrastructures existantes, la mise en place de nouvelles infrastructures et le soutien des efforts d’intervention pour assurer la sécurité des populations.

Les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis doivent être des partenaires dans la création d’emplois, la formation professionnelle et les investissements dans les infrastructures qui découlent des efforts du gouvernement fédéral pour lutter contre les changements climatiques, en veillant à ce qu’ils soient mis en oeuvre de manière à répondre aux besoins et aux priorités des communautés locales.

Soutenez notre plan pour la réconciliation

Appuyez notre engagement à améliorer les services publics sur lesquels les peuples autochtones comptent et à promouvoir leurs droits à l’autodétermination et l’autonomie gouvernementale.

Merci de soutenir notre vision pour l’avenir du Canada

Aidez-nous à la réaliser en faisant un don pour soutenir notre travail :